REFUGE DE MONTAGNE

Koyasan

Si la nature est réellement à même de rapprocher l’humanité du cosmos, alors Koyasan en est la preuve.

Koyasan

Faire défiler

Histoire

En l’an 816, le moine dit Kukai (774-835), nommé Kobo Daishi à titre posthume, fonda le bouddhisme Shingon ainsi que le complexe du monastère de Koyasan. Celui-ci est situé dans le quasi-parc national luxuriant de Koya-Ryujin dont les huit pics et bassins montagneux ressemblent à un lotus, indiquant qu’il s’agit d’un emplacement favorable. Depuis plus de 1 200 ans, Koyasan n’a cessé de s’affirmer comme un centre monastique actif, ce qui en fait l’un des sites les plus sacrés du Japon.

Koyasan

Histoire

En l’an 816, le moine dit Kukai (774-835), nommé Kobo Daishi à titre posthume, fonda le bouddhisme Shingon ainsi que le complexe du monastère de Koyasan. Celui-ci est situé dans le quasi-parc national luxuriant de Koya-Ryujin dont les huit pics et bassins montagneux ressemblent à un lotus, indiquant qu’il s’agit d’un emplacement favorable. Depuis plus de 1 200 ans, Koyasan n’a cessé de s’affirmer comme un centre monastique actif, ce qui en fait l’un des sites les plus sacrés du Japon.

Temples

L'environnement contemplatif qui donne à Koyasan ce cachet spectaculaire a accueilli des empereurs, des seigneurs féodaux, des aristocrates, des politiciens, des disciples et des citoyens ordinaires. Ses 117 bâtiments finement construits sont les vestiges des plus de 2 000 temples qui existaient à l'apogée de l'ère Edo (1603-1868). Que ce soit richement texturé par les feuilles d'automne, couvert de neige en hiver, ou serti de fleurs de cerisier et de rhododendrons au printemps, Koyasan offre aux disciples Shingon, comme aux non-croyants, un répit au stress de la vie quotidienne.

Danjo Garan / Konpon Daito

Temples

L'environnement contemplatif qui donne à Koyasan ce cachet spectaculaire a accueilli des empereurs, des seigneurs féodaux, des aristocrates, des politiciens, des disciples et des citoyens ordinaires. Ses 117 bâtiments finement construits sont les vestiges des plus de 2 000 temples qui existaient à l'apogée de l'ère Edo (1603-1868). Que ce soit richement texturé par les feuilles d'automne, couvert de neige en hiver, ou serti de fleurs de cerisier et de rhododendrons au printemps, Koyasan offre aux disciples Shingon, comme aux non-croyants, un répit au stress de la vie quotidienne.

Patrimoine Mondial

En 2004, en reconnaissance de leur valeur universelle remarquable et unique, les trois sites de Koyasan, Kumano Sanzan, et Yoshino et Omine (Préfecture de Nara) ainsi que les chemins de pèlerinage les reliant aux anciennes capitales de Kyoto et Nara ont été reconnus biens du Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Les « Sites Sacrés et Chemins de Pèlerinage dans les Monts Kii » sont l’incarnation d’un paysage culturel qui se maintient depuis des siècles, grâce à des pratiques spirituelles ascétiques harmonieusement liées à la nature.

Daimon / Grand portail

Patrimoine Mondial

En 2004, en reconnaissance de leur valeur universelle remarquable et unique, les trois sites de Koyasan, Kumano Sanzan, et Yoshino et Omine (Préfecture de Nara) ainsi que les chemins de pèlerinage les reliant aux anciennes capitales de Kyoto et Nara ont été reconnus biens du Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Les « Sites Sacrés et Chemins de Pèlerinage dans les Monts Kii » sont l’incarnation d’un paysage culturel qui se maintient depuis des siècles, grâce à des pratiques spirituelles ascétiques harmonieusement liées à la nature.

Retraites aux Temples Shukubo

Pour une rencontre culturelle inspirante, passer la nuit dans l'un des 52 temples proposant un hébergement est une expérience inoubliable. L'agencement de chacun des temples présente de manière exceptionnelle des aspects de la philosophie et de l'esthétique japonaise. Tous les visiteurs sont les bienvenus, et en plus de voir le fonctionnement interne de la vie monastique Shingon, ils peuvent également y prendre part. Pour se ressourcer avec quiétude, des pratiques telles que la méditation (ajikan) ou l'apprentissage de sûtra et un stage de copie calligraphique de sûtra (shakyo) sont proposées.

Retraites aux Temples Shukubo

Pour une rencontre culturelle inspirante, passer la nuit dans l'un des 52 temples proposant un hébergement est une expérience inoubliable. L'agencement de chacun des temples présente de manière exceptionnelle des aspects de la philosophie et de l'esthétique japonaise. Tous les visiteurs sont les bienvenus, et en plus de voir le fonctionnement interne de la vie monastique Shingon, ils peuvent également y prendre part. Pour se ressourcer avec quiétude, des pratiques telles que la méditation (ajikan) ou l'apprentissage de sûtra et un stage de copie calligraphique de sûtra (shakyo) sont proposées.

Shojin-ryori

Une cuisine bouddhiste végétarienne constituée entièrement de légumes et de plantes sauvages comestibles, le shojin-ryori peut sembler simple, mais cela ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Harmonieusement composé en une symphonie de saveurs de saison, le shojin-ryori a à cœur de faire ressortir la quintessence de ses ingrédients. Ses spécialités incluent le tofu koya et sa contrepartie aromatisée au sésame, le goma dofu.

Shojin-ryori

Une cuisine bouddhiste végétarienne constituée entièrement de légumes et de plantes sauvages comestibles, le shojin-ryori peut sembler simple, mais cela ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Harmonieusement composé en une symphonie de saveurs de saison, le shojin-ryori a à cœur de faire ressortir la quintessence de ses ingrédients. Ses spécialités incluent le tofu koya et sa contrepartie aromatisée au sésame, le goma dofu.

Incontournable à Koyasan

Chemins de Pèlerinage

Nombreux sont ceux qui ont foulé les montagnes de Wakayama en quête de tranquillité. Pour procéder à l'ascension alpine, les pèlerins s'engageaient généralement sur la route de Choishi Michi, construite en même temps que Koyasan. Nommé d'après les stupas (choishi) en pierre de 3 mètres de haut qui bordent le chemin, ce sentier de 24 km commence au Temple de Jison-in et se termine à Okunoin. Aujourd'hui, les randonneurs, comme les fidèles, se lancent dans le voyage de 7 heures conduisant à Daimon, la porte d'entrée de Koyasan - l'un des cent meilleurs endroits du Japon pour admirer le lever et le coucher de soleil.

Chemins de Pèlerinage

Nombreux sont ceux qui ont foulé les montagnes de Wakayama en quête de tranquillité. Pour procéder à l'ascension alpine, les pèlerins s'engageaient généralement sur la route de Choishi Michi, construite en même temps que Koyasan. Nommé d'après les stupas (choishi) en pierre de 3 mètres de haut qui bordent le chemin, ce sentier de 24 km commence au Temple de Jison-in et se termine à Okunoin. Aujourd'hui, les randonneurs, comme les fidèles, se lancent dans le voyage de 7 heures conduisant à Daimon, la porte d'entrée de Koyasan - l'un des cent meilleurs endroits du Japon pour admirer le lever et le coucher de soleil.

Les visiteurs internationaux ont accès à divers forfaits de transport jusqu'à Koyasan, qui comprennent également des réductions sur les souvenirs et sur les billets d'entrée des temples.

Le prix des billets d'entrée varie d'un site à l'autre, mais débute généralement à 200 yen.

Des vélos de location sont disponibles. Réservez à l'avance au Bureau Central de l'Association de Shukubo.

Avec une température moyenne de 11ºC, des vêtements chauds adaptés au climat de montagne sont recommandés. Janvier et février ont tendance à être les mois les plus froids de l'année, lorsque la température descend en dessous de zéro et que la neige tombe occasionnellement. Les températures dépassent la barre des 10ºC seulement fin mars. La période la plus chaude de l'année est la mi-août, et celle la plus agréable est fin septembre.

Des audioguides sur l'histoire de Koyasan sont disponibles à la location au centre d'information. Langues incluses: japonais, anglais, français, chinois et coréen.

Pour des visites guidées privées et personnalisées de Koyasan, il est fortement recommandé de réserver les visites guidées à l'avance. En outre, des randonnées guidées sont également disponibles.

Un détail qui pourrait passer inaperçu, mais qui vaut néanmoins la peine d'être connu : il y a un ordre recommandé pour visiter les différentes temples. Vous pourriez vouloir le suivre.

Pour les retraites dans les temples Shukubo : en principe, cartes de crédit non acceptées ; espèces uniquement. Certains servent des boissons alcoolisées. Les réservations peuvent être réalisées via l'Association Koyasan Shukubo.

À suivre

Shirahama / Kushimoto

DESTINATIONS